Comment acheter un fonds de commerce ?

Comment acheter un fonds de commerce ?

Pour commencer, peut-être est-il utile de rappeler ce qu’est exactement un fonds de commerce. Un fonds de commerce est un bien mobilier incorporel (traduisez : que l’on ne peut « saisir ») composé d’un ensemble d’éléments incorporels d’une part (bail commercial, clientèle, nom commercial, licence…) et d’éléments corporels d’autre part (matériel/mobilier utile à l’exploitation et diverses marchandises).

Il faut faire très attention aux contrats en cours (principalement le bail et les contrats de travail) qui sont pour la plupart transmissibles entre acheteur et vendeur à l’occasion de la vente. A l’inverse, certains contrats dits « intuitu personae » (c’est du latin) ne sont absolument pas transmissibles (franchise, douanes, FDJ, PMU par exemple) ou nécessitent de respecter un processus de demande d’agrément spécifique. Il faudra dans ce cas que vous fassiez le nécessaire auprès des prestataires concernés afin d’obtenir de leur part la validation de votre candidature à l’exploitation du commerce.

 

Ce sont ces éléments que l’on « achète » lorsque l’on se porte acquéreur d’un fonds de commerce.

 

Vous allez me dire que c’est bien beau de savoir ce qu’est un fonds de commerce, mais concrètement maintenant par quoi je commence ? Il faut avant tout se poser certaines questions « clés » avant de se lancer dans sa recherche :

1/ Quel est le type de commerce qui m’attire ? Dans quel domaine est-ce que j’ai envie d’évoluer ? Dans quel secteur géographique ?

2/ Est-ce que mes compétences et mon expérience professionnelle seront des atouts pour la mise en place de mon projet ?

3/ Quel est le budget que je peux allouer à la concrétisation de ce dernier, est-il bien en rapport avec mes objectifs ?

Ça y est vous avez répondu aux questions ? Vous en avez parlé autour de vous (famille / amis) ? Nous pouvons donc passer à l’étape suivante qui consiste à se mettre en chasse du commerce de vos rêves !

La prospection est ainsi fondamentale et vous permettra de voir différents fonds de commerce plus ou moins susceptibles de correspondre à votre recherche : emplacement, agencement, normes, activité, clientèle… Rien de tel que le « Terrain » pour dénicher la perle rare et s’y projeter.

Différents partenaires institutionnels (type CCI ou CDM) ou privés (Cabinets d’Affaires spécialisés en transactions professionnelles – tels que Objectif Entreprises et Commerces, franchiseurs) vous accompagneront dans cette démarche de recherche. En fonction de vos affinités, vous devrez vous sentir écouté et en confiance avec le ou les partenaires choisis.

Je déconseille vivement l’approche « directe » auprès des commerçants car c’est le meilleur moyen de subir certaines déconvenues et ne pas être suffisamment bien informé par le vendeur sur toutes les données de l’activité cédée (prix, cadre juridique, travaux, contraintes diverses - nous parlerons des pièges à éviter une prochaine fois !).

Vous avez trouvé votre affaire ! Vous vous y voyez juste là derrière le comptoir, derrière le bureau du patron. La décision est donc prise : j’achète !!

 

Oui mais voilà…. J’achète à quel prix pour être sûr de ne pas me faire avoir et j’achète comment ??

 

Valoriser un fonds de commerce est fondamental et doit faire l’objet d’une analyse spécifique individualisée. On parle alors de la phase de « négociation ». Un article y sera prochainement consacré pour vous permettre, en tant qu’acheteur de fonds de commerce, d’acquérir au juste prix.

C’est également à ce moment qu’il vous faudra déterminer sous quelle forme juridique vous pouvez vous lancer en toute sérénité. Il faut adapter au cas par cas en fonction de votre situation personnelle et vos attentes, planifier votre rémunération, anticiper les cotisations sociales et les impôts dans un souci d’optimisation. La consultation d’un Expert-comptable peut alors s’avérer judicieuse.

Ces éléments sont validés ? Il s’agit maintenant de trouver le financement nécessaire à l’opération.

Deux leviers s’articulent ensemble : l’apport personnel (constitué principalement par de l’épargne constituée) et l’emprunt bancaire. D’autres sources de financement sont possibles : prêt d’honneur, aide d’Etat (pôle emploi), crédit vendeur qui nécessiteront des développements spécifiques.

Une règle d’or : pour être analysé sérieusement par un partenaire bancaire, le montant de votre apport personnel devra couvrir les frais d’acquisition et les éventuelles reprises de marchandises (entre 15 et 40 %). C’est à ce moment que votre formation et votre expérience professionnelle antérieures auront un rôle prépondérant. Ce sera en effet à vous de convaincre le conseiller bancaire derrière le bureau que vous avez tous les prérequis nécessaires pour réussir et qu’il peut vous prêter des fonds sans risque.

L’intervention d’un courtier spécialisé dans le montage des dossiers professionnels peut s’avérer extrêmement utile afin de vous permettre de réussir cette étape décisive (voir article dédié au courtage des prêts professionnels) et à l’issue de laquelle de nombreux projets s’effondrent.

Vous avez obtenu votre prêt ? Vous y êtes presque…… la signature définitive se rapproche. A quoi dois-je maintenant faire attention ??

Vous devez veiller au respect de certaines obligations spécifiques qui doivent figurer dans l’acte de vente : période d’accompagnement du cédant et présentation à la clientèle, clause de non concurrence pour une activité similaire, purge du droit d’information des salariés, respect des normes d’hygiène, sécurité accessibilité...en sont quelques exemples concrets.

C’EST SIGNÉ ! Félicitations !! Vous allez enfin pouvoir vous lancer et faire face à vos premiers clients. Quelques astuces :

  • Appuyez-vous sur l’expérience de votre prédécesseur (après tout cela fait partie de ce que vous avez acheté !) pour fructifier votre apprentissage des rouages du commerce.
  • Rencontrez avec lui ses clients et fournisseurs puis apportez petit à petit vos idées, votre touche personnelle pour façonner l’activité telle que vous l’aviez imaginé dans vos rêves et conquérir de nouveaux clients et marchés.

Le processus d’achat d’un fonds de commerce est parsemé d’embuches. Si votre projet est bâti sur un socle solide tenant compte des éléments que je viens de vous relater, vous ne pouvez que réussir !

De nouveaux articles viendront compléter et étoffer la foire aux questions du site Objectif Entreprises et Commerces. Une vidéo sera également bientôt disponible.


  VENDREDI 18 JANVIER 2019

  •   
  •   




Se connecter
Remonter